• J’arrête de culpabiliser •

 

Il y a parfois cette petite voix après un achat qui nous dit « c’est pas bien ce que tu as fait ! tu contribues à la pollution, tu n’es pas en phase avec tes valeurs, tu es un imposteur, tes copines vont penser que tu es nulle, … » STOP ! Nous sommes des êtres humains, imparfaits par définition, et encore une fois, le chemin de la consommation raisonnée est une aventure passionnante. Un cheminement d’apprentissage et de questionnement, et forcément, vous ne serez pas parfait. Faire des erreurs fait partie intégrante du processus.

Notre société souffre de la place que l’on donne à l’image, celle que les autres ont de nous, celle qu’on leur renvoi. Les jolies photos sont omniprésentes sur les réseaux sociaux, les blogs, Instagram, Pinterest… Mon propre compte Instagram en est tapissé. Considérez-les pour ce qu’elles sont : des inspirations.

Si vous culpabilisez d’un achat, alors posez vous, et questionnez vous : pourquoi est-ce que je culpabilise ? Vous réaliserez peut-être que ce n’est pas si grave et que vous vous mettez trop la pression ; ou bien que cela touche directement à l’une de vos valeurs prioritaires et que cet achat aura servi à vous faire prendre conscience de données importantes à votre cheminement.

Une consommation raisonnée, c’est surtout une consommation qui vous correspond. C’est un juste milieu, un équilibre à trouver, qui vous est propre. Chacun met son curseur où il le peut en fonction de ses valeurs prioritaires, son budget, et son avancée sur son chemin pour une consommation raisonnée.


 

MORCEAU DE VIE

J’ai tendance à être très exigeante avec moi-même et j’ai mis du temps à accepter de mettre en place des compromis. Je suis en train de créer mon entreprise donc j’ai un petit budget déco en ce moment. Pour autant, je travaille depuis chez moi 80% du temps, et je ressens le besoin d’en faire un vrai lieu gai et épanouissant. Alors je trouve un juste milieu : j’ai fait mille fois le tour des sites d’occasion sans trouver la perle rare, alors je m’offre un nouveau luminaire (après 9 mois passés avec des fils qui pendent à la recherche de la suspension parfaite). Je n’ai pas un budget à rallonge, donc je ne pourrai pas répondre à tous les critères éco-responsables. Par contre, je m’assure que les matières qui le composent ont un faible impact environnemental et je choisis un modèle qui me plaira longtemps. En somme, j’ai fait du mieux que je pouvais.

 

Pour aller plus loin : Comment devenir zéro-déchet, sans pression ni culpabilité par La Révolution des Tortues 

Est-ce que vous avez déjà trouvé votre équilibre entre vos priorités et vos possibilités ?