• Je regarde la réalité en face •

 

Il faut être réaliste, nous avons tous pris l’habitude de consommer comme si les ressources de la planète étaient inépuisables, de nous faire plaisir avec une virée shopping où on achète pour acheter, et de laisser notre inconscient nous faire gober que cette nouvelle lampe nous rendra teeeeeellement plus heureux. Alors forcément, ça a laissé des traces. Notre cerveau a enregistré l’achat compulsif comme une source de bonheur. Vos convictions ne suffiront pas à déjouer votre inconscient, il faut désormais le ré-éduquer.

Vous entendrez sans doute parfois cette petite voix qui vous dit « tu crois vraiment que c’est en te privant de ces nouveaux coussins tout doux que tu vas sauver la planète ? ». Bon, alors Madame la voix, PREMIO, laisse moi te rappeler que je crois profondément au pouvoir du consom’acteur, et que si j’accepte de donner mon fric à des fabricants pollueurs, alors je soutiens d’une manière ou d’une autre cette façon de faire ; DEUSIO, je ne me prive pas, je me raisonne pour ne consommer que ce dont j’ai réellement besoin !

On a parfois du mal à lui répondre du tac au tac, et au début on tombe facilement dans ses pièges. D’autant plus en période de promotions où on nous aguiche avec des prix avantageux. Il n’y a aucun mal à profiter de ces super prix, si c’est pour acquérir un produit de qualité, qui a une utilité réelle ou qui vous procure une joie durable.

La méthode BISOU pourrait vous aider à faire vos choix en cette période de soldes. Il s’agit de 5 questions à vous poser avant un achat : 

Besoin : À quel besoin cet achat répond-il ?

Immédiat : Est-ce que j’ai besoin de cet objet tout de suite ? 

Semblable : Est-ce que j’ai déjà un produit similaire à la maison ?

Origine : Qui a fait ce produit ? Où ? Dans quelles conditions ?

Utile : Est-ce que cet objet répond à une réelle fonction chez moi ?


 

MORCEAU DE VIE

Moi aussi je l’entends cette petite voix, malgré mes profondes convictions et mes activités professionnelles et personnelles qui vont en ce sens. Parfois je l’ai écoutée, je suis tombée dans le panneau, et les achats qui en ont suivi m’ont laissé un goût amer quand je les ai vu traîner au fond du placard 6 mois plus tard. J’ai rééduqué mon inconscient ainsi. Le souvenir du goût amer de l’achat inutile a pris le pas sur le souvenir du plaisir éphémère ressenti à l’achat. C’est un cheminement qui nous permet de nous reconnecter à ce qui compte vraiment, au sens large, et de (ré)apprécier tous ces objets (ces moments simples) du quotidien.

 

Pour aller plus loin : La méthode BISOU présentée par Mieux Vivre Autrement 

Et vous, quelles sont vos astuces pour ne pas céder à des achats irraisonnés ?